Un membre H2i se présente : Emmanuel Hureaux fondateur de Give Access

Je m’appelle Emmanuel Hureaux, j’ai 35 ans, je suis le fondateur de Give Access et je suis atteint d’une maladie génétique qui me rend totalement tétraplégique. Plus précisément, c’est une amyotrophie spinale infantile. Je ne peux donc pas marcher et je bouge à peine mes doigts. J’ai fait des études : je suis titulaire d’un Master Ingénierie de l’Innovation Technologique que j’ai obtenu à l’Université de Poitiers en France. Mon Master était plutôt centré sur la Conception Mécanique et je me destinais plus particulièrement à faire une carrière dans le domaine du calcul mécanique et notamment de la modélisation mécanique par éléments finis. C’est le genre de métier dans lequel on brasse énormément de données pour les traiter et en déduire des lois physiques et mécaniques qui permettent de fabriquer plein de choses : des bâtiments, des ponts, des avions, des voitures, des trains, des robots, etc…

J’ai toujours été très intéressé par les outils de compensation du handicap. J’ai eu un parcours technologique assez atypique car je n’ai pas été pris en charge par les services techniques des associations de personnes handicapées. En fait, j’ai eu la chance d’être accompagné technologiquement par des ingénieurs en informatique, en domotique et en traitement du signal qui étaient à la pointe de la technologie et qui cherchaient à adapter des outils high-tech pour les intégrer à ma vie. Ça m’a donné une vision très différente des outils d’accessibilité. Ensuite, pendant mon adolescence, j’ai travaillé avec ces personnes pour créer des prototypes d’aides techniques beaucoup plus avancées et adaptées à mon handicap et toutes ces aides très high-tech m’ont permis de vivre une expérience technologique très différente des autres personnes en situation de handicap.

Plus tard, parallèlement à mes études, j’ai développé des compétences en programmation informatique et je me suis intéressé tout particulièrement aux intelligences artificielles. J’ai rapidement compris que pour pouvoir dépasser le handicap qui était le mien, il me faudrait des outils différents de ceux qui sont proposés habituellement aux personnes en situation de handicap et j’ai très vite commencé à entrevoir le potentiel de compensation du handicap qu’offrent les intelligences artificielles.

Face à la progressive obsolescence des prototypes qui avaient été développés pour moi je me suis dit que la meilleure chose à faire c’était de commencer à programmer des outils moi-même ce qui m’a permis d’améliorer mon autonomie et de retrouver toutes mes capacités. Pour être honnête, je les ai même dépassées.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. SELAOUET Didier dit :

    Juste un petit bonjour en passant. Nous étions voisins avant que vous ne déménagiez.
    j’ai bien aimé votre article.
    Cordialement.

  2. Bonjour
    Félicitations pour ce parcours exemplaire et pour cette belle détermination.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search