[Retour d’expérience] Manon Labarchède et Maël Gauneau – Le logement du Bien Vieillir

Pourriez-vous vous présenter et présenter brièvement le projet ?

Le logement du Bien Vieillir est une expérimentation multi partenariale (Leroy Merlin SOURCE, AG2R La Mondiale, AQUI O Thermes et XL Habitat) située à Dax (40), première destination thermale française spécialisée dans la rhumatologie et la phlébologie. Son principe repose sur l’adaptation et l’aménagement du parc immobilier ordinaire dans l’optique de tester auprès de curistes, des dispositifs spatiaux et mobiliers en phase avec une population vieillissante et d’en évaluer le vécu. L‘équipe en charge de la recherche, a été mandatée par le Forum urbain et est composée de trois personnes membres du laboratoire PAVE (Profession, Architecture, Ville, Environnement) de l’Ecole d’Architecture et de Paysage de Bordeaux, associé au Centre Emile Durkheim (UMR5116) : Guy Tapie, professeur de sociologie ; Maël Gauneau, doctorant en sociologie et Manon Labarchède, architecte DE et doctorante en sociologie.

Quelles étaient les principales adaptations mises en place dans l’habitat ? Peut-on parler d’innovations ?

Deux types de travaux ont été effectués, les uns modifiant la composition des espaces (fluidification des circulations, cuisine semi-ouverte, etc.) ; les autres intégrant un mobilier adapté dans un objectif de modernisation et de confort (cadres élévateurs à hauteur variable, surélévation du gros électroménager, bac de douche extra-plat, etc.).  Le mobilier a été pensé pour limiter les gestes douloureux des locataires en gardant à l’esprit leur nécessaire caractère non-stigmatisant.

L’innovation est avant tout technologique, transposée dans le domaine de l’habitat et couplée à une recomposition de l’espace en vue de le rendre plus fluide. L’objectif est que l’expérience vécue puisse servir aux locataires pour retirer les bénéfices d’un aménagement adapté leur permettant d’anticiper les contraintes de leur propre domicile. Surtout, elle offre des perspectives plus larges que l’aménagement selon des normes PMR.

Selon vous quelles pistes votre étude permet de mettre en évidence pour le développement d’habitats plus inclusifs ?

Les aménagements, équipements et innovations technologiques doivent pouvoir être adaptables au plus grand nombre. Quand leur usage est trop spécifique, ils sont bien souvent délaissés malgré l’aide qu’ils pourraient apporter, car la spécificité de leur usage est jugée stigmatisante. L’habitat, pour être inclusif, ne doit pas être spécifique mais s’adapter aux spécificités de tous. Sa conception doit alors privilégier le confort et la qualité de vie.

Pour plus d’informations :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search